En quoi consiste la prévoyance complémentaire ?

L’importance de souscrire une prévoyance complémentaire

Si vous êtes salarié, souscrire une prévoyance complémentaire vous procure de nombreux privilèges, pour ne citer que votre protection et couverture en cas de décès et d’arrêt de travail. Les garanties en sont intéressantes et complètent celles de l’assurance-maladie et de la complémentaire santé. Pour une vie sécurisée, la prévoyance complémentaire est un parfait allié.

Les rôles de la prévoyance complémentaire

La prévoyance complémentaire protège les travailleurs et couvre le décès et l’arrêt de travail qu’on appelle les « gros risques ». Si un sinistre a lieu, l’entreprise est tenue de le révéler à l’organisme complémentaire. Les garanties compléteront les dédommagements bénéficiés par l’assurance-maladie ou la complémentaire santé. Afin de tirer profit du complément employeur et de la prévoyance complémentaire, si un arrêt de travail a lieu, ce qu’il faut que vous fassiez c’est d’apporter rapidement vos comptes de dédommagements quotidiens à votre embaucheur. En matière de santé, la prévoyance complémentaire présente aux entreprises des couvertures permettant aux salariés et à leur famille de bénéficier d’un remboursement  de leurs frais de santé restant à leur charge, après le remboursement des prestations bénéficiées par l’assurance maladie ou la complémentaire santé. La prévoyance complémentaire propose aux entreprises des contrats collectifs santé ou de groupe garantissant une complémentaire santé à leurs salariés.

Les garanties pour le décès

Si le salarié décède, les ayants droit bénéficieront d’un versement d’un capital dont le montant peut changer, selon la rémunération et la situation familiale du travailleur défunt. Si le décès est survenu malencontreusement, la somme versée aux ayants cause peut être doublée. Dans des cas particuliers, si le ou la conjointe du travailleur décède, un capital complémentaire peut être versé aux enfants orphelins et à charge. Et pour permettre à ces derniers de continuer leurs études, une rente éducation peut leur être versée, mais cela dépend de la convention collective dont le travailleur dépend. Enfin, sachez qu’il y a une garantie destinée à soutenir le financement de l’enterrement.

 

Les garanties pour les arrêts de travail

 

Si vous êtes victime d’un arrêt de travail, des indemnités journalières vous seront versées, en complément de celles de l’assurance-maladie ou de la complémentaire santé, après un moment d’arrêt de travail nommé « franchise ». Ce dernier est de 45 jours pour les salariés non cadres. Si le salarié est en arrêt de travail jusqu’à 3 ans (au maximum), l’assurance-maladie le classifiera arrêté en invalidité. Il touchera alors une rente d’invalidité de la prévoyance complémentaire, en rajout à celle octroyée par l’Assurance maladie ou la complémentaire santé. Le salarié classé d’invalide peut bénéficier de ces intérêts jusqu’à l’âge où il partira en retraite. Et une personne qui est classifiée en invalidité « définitive et absolue » peut solliciter, par anticipation,  le paiement de son capital décès, mais sous réserve de quelques conditions.